Se familiariser avec l'approche
PETIT GUIDE D'ÉVALUATION
PARTICIPATIVE À L'INTENTION
DES INITIATIVES DE DÉVELOPPEMENT
DES COMMUNAUTÉS
imprimante

A - Définir le développement des communautés

Ce module décrit brièvement les approches de développement des communautés, notamment quelques-unes de leurs caractéristiques qui posent des défis pour l’évaluation.

La première question à se poser avant de commencer une évaluation est de savoir ce qu’on veut évaluer. C’est facile pense-t-on! Il s’agit d’évaluer une démarche de développement des communautés ou de développement communautaire. Oui, mais de quoi parle-t-on exactement quand on parle « d’initiatives de développement des communautés »?

Cette difficulté tient au fait que les approches de développement des communautés ne sont pas des actions prédéfinies dont il faut évaluer la conformité avec ce qui était prévu au départ, mais des initiatives fondées sur des façons de faire, sur des principes d’action.

 

Haut de pageDes initiatives fondées sur des principes d’action

Selon un collectif d’auteurs québécois, le développement des communautés est « un processus de coopération volontaire d’entraide et de construction de liens sociaux entre les résidents et les institutions d’un milieu local, visant l’amélioration des conditions de vie sur le plan physique, social et économique »1.

Dans la perspective adoptée dans ce Guide, et bien que des nuances mériteraient d’être apportées, le terme « développement des communautés » regroupe d’autres approches semblables telles que: Villes et Villages en santé, développement social, développement local, développement durable, approche territoriale intégrée, Écoles en santé, etc.

Quelques approches semblables de
développement des communautés

L’approche Villes et Villages en santé conçoit la municipalité comme le principal moteur de ce développement des communautés. Une ville en santé s’engage « […] dans un processus visant à créer, développer et améliorer son environnement physique et social et ses ressources communautaires propres à amener les gens à s’épauler les uns les autres dans l’accomplissement de toutes leurs activités de vie et dans la réalisation de leur plein
potentiel… ».2

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. ».3

Le développement social fait référence à la mise en place et au renforcement au sein des communautés, dans les régions et à l’échelle de la collectivité, des conditions requises pour permettre, d’une part, à chaque individu de développer ses potentiels, de pouvoirs participer activement à la vie sociale et de pouvoir tirer sa juste part de l’enrichissement collectif, et d’autre part, à la collectivité de progresser socialement, culturellement et économiquement, dans un contexte où le développement économie s’oriente vers un développement durable, soucieux de justice sociale.»4 

Tournées vers une finalité ultime (améliorer les conditions de vie des citoyens d’un milieu et en assurer la pérennité), ces approches de développement ne précisent pas en quoi consiste cette amélioration des conditions de vie. Il revient à chaque milieu, à chaque communauté, municipalité ou collectivité, de préciser ses propres propositions d’action en fonction de ses besoins, de ses ressources, de ses forces.

Les approches de développement des communautés reposent sur l’idée que les communautés locales, territoriales ou régionales sont bien placées pour améliorer la qualité de vie de leurs citoyens, puisqu’elles constituent les paliers de décision les plus proches des individus. Cependant, la complexité des problèmes auxquels doivent faire face ces communautés commande une mobilisation des acteurs de plusieurs secteurs. C’est pourquoi, malgré le fait que les approches de développement des communautés laissent aux communautés le soin de décider des objectifs à poursuivre, elles s’attardent en revanche aux façons de faire pour atteindre ces objectifs. L’action de développement des communautés repose sur un certain nombre de principes d’action ou de principes du « comment-on-travaille-ensemble » que l’on pense susceptibles de produire différents changements dans la communauté (figure 2).

Figure 2 : Les principes d’action du développement des communautés

Malgré les nuances et les spécificités propres à chacune, les approches de développement des communautés s’articulent toutes autour de principes d’action similaires que l’on pourrait regrouper autour des suivants: la participation citoyenne, la concertation intersectorielle et le renforcement du pouvoir d’agir.

Les principes d’action du
développement des communautés

Le renforcement du pouvoir d’agir s’opère sur trois plans: individuel, organisationnel et communautaire. Au plan individuel, il vise à amener les personnes à exercer un plus grand pouvoir sur leur vie et sur leur santé. Le pouvoir d’agir concerne également le plan organisationnel parce qu’un comité soutient les expériences individuelles qui se réalisent ainsi plus efficacement tout en fournissant un lieu où les compétences acquises peuvent être testées et améliorées. Enfin, il comprend une dimension collective puisqu’il s’agit d’augmenter la capacité de la communauté à s’organiser pour améliorer les conditions de vie de ses membres, tout en réduisant les inégalités en regard de la santé.

La participation s’actualise sous plusieurs formes. Dans le contexte de développement des communautés, elle vise l’engagement des citoyens dans différentes actions liées à la vie collective: faire entendre son point de vue, prendre part aux décisions et agir.

Si la participation est le moteur de l’action de développement des communautés, la concertation intersectorielle en est la pierre angulaire. La concertation invite les acteurs locaux et professionnels à s’engager de manière volontaire afin de discuter de problèmes et de solutions relatifs à leur communauté. Quant à l’intersectorialité, elle repose sur l’idée que les facteurs déterminants la santé et les conditions de vie se trouvent souvent à l’extérieur du champ de la santé, il faut donc créer des synergies entre différents secteurs ou organisations ayant un objectif commun.

 

En définitive, ce que les approches de développement des communautés ont à proposer, ce sont des principes d’action, c’est-à-dire des façons de travailler ensemble susceptibles d’améliorer la santé et les conditions de vie dans les communautés locales. Ces grands principes d’action se conjuguent toutefois de différentes façons dans les initiatives locales. Ici on mettra l’accent sur la participation citoyenne, alors qu’ailleurs l’initiative reposera plus activement sur la concertation d’actions de différents secteurs. Lorsque vient le temps d’évaluer une initiative, il est donc pertinent de se pencher sur le « comment-on-travaille-ensemble » propre à cette expérience et d’en identifier les retombées.

 

Haut de pageDivers niveaux d’actions

La deuxième particularité des initiatives de développement des communautés est que les actions qui en découlent se concentrent à divers niveaux. De manière générale, les initiatives de développement des communautés s’organisent autour d’un comité qui réalise un certain nombre d’actions et de projets. Pour bien distinguer ce qui se passe effectivement dans ces initiatives, il peut être utile d’y distinguer deux niveaux d’action :

Cette distinction est importante puisque l’un ne s’évalue pas comme l’autre.

 

Haut de pageDes effets difficiles à mesurer

Un autre défi à l’évaluation des initiatives de développement des communautés tient au fait que les effets d’une démarche ou d’un projet mettent du temps à se manifester et sont parfois difficiles à repérer. S’il est possible de mesurer le nombre de participants à une activité ou la diminution du taux de plomb dans le sol, en revanche, il est plus difficile de mettre en évidence l’augmentation du sentiment d’appartenance à une communauté, ou le renforcement des habiletés d’un comité à travailler en intersectorialité. Le défi est donc de trouver des façons de faire qui repèrent les retombées plus qualitatives des actions menées.

À RETENIR!

Le terme « développement des communautés » se veut ici un terme général qui recoupe d’autres approches semblables telles: Villes et Villages en santé, développement social, développement local, développement durable, approche territoriale intégrée, Écoles en santé, etc.

Ces approches de développement des communautés ont en commun de ne pas dicter aux communautés ce sur quoi elles doivent travailler pour améliorer les conditions de vie de leurs citoyens, mais de proposer des façons de faire, des principes d’action, que l’on peut résumer autour des trois principes suivants:

  • participation citoyenne;
  • concertation intersectorielle;
  • augmentation du pouvoir d’agir individuel et communautaire.

1. La santé des communautés: perspectives pour le contribution de la santé publique au développement social et au développement des communautés, Institut national de santé publique du Québec, 2002.
2. Hancock, T. et Dulh, L. (1986). Healthy Cities : Promoting Health in the Urban Context, FDAL, WHO Healthy Cities Paper no 1.
3. Brundtland, G.H. (1987). Notre avenir à tous. Rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU.
4. Conseil de la santé et du bien-être (1997). Forum sur le développement social : présentation de la démarche. CSBE

Ce que je pense du guide Je propose un outil Version PDF du guide